Coup de gueule !!!

Aller en bas

Re: Coup de gueule !!!

Message  magali007 le Lun 10 Mai - 17:49

je suis d'accord avec sandrine, je trouve dommage de ne pas mutualiser nos énergies pour nous faire entendre.
le problème est : se regrouper où ? vers les syndicats ?
je pense que ce forum est déjà une super aide pour beaucoup, ça permet déjà de se libérer, ce qui est super important je pense.

magali007

Messages : 15
Date d'inscription : 24/02/2009
Age : 35
Localisation : paris

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

coup de gueule

Message  Admin le Dim 18 Avr - 18:14

Si je comprends bien Bernardin, il semble qu'il nous dise de nous unir mais nous unir contre quoi ??? Contre les systèmes en place, contre la didacture des employeurs... Je n'en sais rien!
Le fait est que, bien sûr, des conditions scandaleuses existent et que ce n'est pas "normal" de se laisser manger... De plus, dans le cadre de l'usure pro, cela pourrait être un bon moyen de relance d'une carrière... Changer de structure, changer d'endroit, de population, donc aussi d'organes subsidiants... pourrait être une excellent moyen de faire face à une usure liée à un secteur ou à une population sans perdre de plumes dans l'aventure...
Que diriez-vous d'un groupe de "pression", de "conscientisation" de nos politiques... ? Les syndictas sont là pour cela aussi mais celea ne vaudrait il pas la peine de tenter de se démarquer des courants syndicalistes ? Que les pros se mobilisent pour les pros ...
L'idée est lancée... qu'elle fasse son chemin ou pas, je trouve que l'on devrait s'y attarder.

Admin

Admin
Admin

Messages : 173
Date d'inscription : 03/11/2008
Age : 52
Localisation : Charleroi

Voir le profil de l'utilisateur http://burnout.1fr1.net

Revenir en haut Aller en bas

coup de gueule

Message  Ber,nardin le Dim 18 Avr - 11:29

Hello Admin et les autres...

En effet, cela peut paraître scandaleux de perdre des années d'ancienneté quand on vient à changer d'employeur et secteur d'activité. Pourquoi est-ce le cas ? Esprit de clocher, volonté économique de reprendre des travailleurs expérimentés à moindre frais... ou ... ? Cette volonté politique ne peut-elle pas être infléchie, modifiée. Si nous unissions nos voix et alertons nos politiques de tout bord pour qu'ils prennent conscience du frein à la carrière des professionnels. Quelle est la situation dans votre secteur d'activités ???

Bien à vous

Bernardin

Ber,nardin

Messages : 14
Date d'inscription : 19/04/2009
Age : 40
Localisation : Ixelles

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

coup de gueule

Message  Admin le Ven 2 Avr - 1:00

Bonjour à tous...

Mon coup de gueule de ce soir est relatif aux commissions paritaires... Je m'explique : Quand on travaille dans un secteur d'activité particulier (en Belgique), on a franchement pas intérêt à changer d'orientation en cours de carrière. J'ai travaillé durant 18 ans ( à 5 mois près ) dans une institution dépendant de l'Agence wallonne pour l'intégration de la personne handicapée. J'ai été licencié en Janvier et, après un contrat de remplacement, je viens de retrouver un contrat pour trois ans (renouvelable) dans une institution qui de ne dépend pas de la même commission paritaire. Résultat des courses, ils ne sont nullement tenus de reprendre aucune année d'ancienneté. Donc je recommence au niveau le plus bas de l'échelle tout en ayant travaillé plus de 20 ans (au total). Je suis écoeuré...

Mon employeur, conscient de la chose, m'a proposé de reprendre sur fonds propres la moitié des années d'ancienneté...Merci à lui!!!
Je suis révolté de constater qu'un éducateur doive rester cloisonné dans son secteur d'activité et ne puisse en sortir qu'à la condition de perdre des plumes...

Il faudrait que nous nous unissions avec nos représentants syndicaux pour que cette anomalie soit abolie. On se plaint parfois, dans les institutions, de voir des éducateurs s'accrocher à leur poste et ne plus être efficace car à saturation. Leur permettre de se réorienter dans le monde de l'éducation sans à avoir à craindre une perte financière rendrait possible des reconversions et par cela même une plus longue longévité dans le secteur...

Qu'en pensez-vous ?

Bien que ce forum ne soit pas un lieu où l'on dépose ses revendications, ne pourrions pas réagir, nous unir et fédérer des personnes autour de ce thème. Nous pourrions aussi influer sur nos dirigeants pour qu'ils prennent conscience du malaise vécu de par cette situation...

Je compte créer un groupe sur FB concernant cet aspect des choses... Je vous donnerai le lien en temps opportun...

Admin

Admin
Admin

Messages : 173
Date d'inscription : 03/11/2008
Age : 52
Localisation : Charleroi

Voir le profil de l'utilisateur http://burnout.1fr1.net

Revenir en haut Aller en bas

coup de gueule

Message  Esteban Marco le Ven 28 Aoû - 0:49

Je vois que des avis divergent sur un sujet qui , à mon sens, ne peut être que symptomatique...

Le symptôme serait, d'après moi, de se focaliser sur des dysfonctionnements temporaires ou spécifiques. Si de tels "incidents" deviennent le lot quotidien alors, là, je pense qu'on peut alors parler de véritable souci. Ce souci serait alors de se focaliser des soucis qui pourraient alors encacher de bien plus graves et importants...

J'aime bien la façon de voir d'admin concernant les dysfonctionnements. Cette notion de décalage entre ce que l'on dit faire et ce que l'on fait, tant sur le fond que sur la forme, me plait. En fait quand on regarde de plus près nos habitudes de fonctionnement, tant personnelles que professionnelles, je pense qu'on fonctionne plus souven,t en dysfonctionnant qu'en fonctionnant. Tant que nous savons pourquoi nous le faisons, je crois que c'est suffisant pour se préserver de désillusions. Si le "dysfonctionnement" s'installe sournoisement comme habitude alors là réside le réel problème. Le décalage devenant habituel, nous courons le risque de ne pas être vrai et en phase avec ce que nous pensons réellement...

L'heure tardive m'empêche de cibler mieux ma pensée mais sachez que je pense que les soucis d'organisation peuvent être pesants et devenir source d'usure. C'est du moins ce que je pense.

Encore une denière chose avant de vous quitter : Quelle est la diférence faîtes vous entre structure en burnout et personnel en burnout???

@ +

Esteban Marco

Messages : 9
Date d'inscription : 11/04/2009
Age : 43
Localisation : Mons

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

coup de gueule

Message  Admin le Mar 25 Aoû - 13:31

Pas le temps pour l'instant de répondre plus longuement mais merci de tes précsions, de ta participation!
Admin

Admin
Admin

Messages : 173
Date d'inscription : 03/11/2008
Age : 52
Localisation : Charleroi

Voir le profil de l'utilisateur http://burnout.1fr1.net

Revenir en haut Aller en bas

coup de gueule

Message  Admin le Lun 24 Aoû - 22:24

Jean-Yves, je vois que, globalement, nous sommes sur la même longueur d'onde...

Cependant, se centrer et se focaliser sur un problème de distribution d'un traitement n'était en aucun cas, du moins je le pense, l'envie de Sandrine. Elle a juste poussé un coup de gueule par rapport à une situation donnée.

De plus, si on veut aller un peu plus loin, peut on dire que si un problème comme celui-là existe cela veut automatiquement que l'institution dysfonctionne. Si d'autres soucis coexistent, alors on peut supposer que ce serait le cas. La notion de dysfonctionnement est même à clarifier. Le dysfonctionnement serait, à la base, une différence entre ce qu'on dit faire et ce que l'on fait réellement... Un problème comme celui-là dépasserait cette notion vu que ce type de souci et surtout sa non reconnaissance empêcherait plutôt le service de fonctionner.

Nous n'allons pas ici nous focaliser sur une terminologie... Quelque soit le terme utilisé, il est clair que ce sont les personnes dont nous avons la charge qui en pâtiront, de toute façon, si l'ambiance de travail n'est pas correcte.

Pour répondre à Jean-Yves, je dirai que l'usure professionnelle n'est que l'aboutissement d'un long processus... Le problème soulevé dans les messages précédents ne serait selon moi qu'un symptôme...

Bonne continuation à tous

Admin
Admin

Messages : 173
Date d'inscription : 03/11/2008
Age : 52
Localisation : Charleroi

Voir le profil de l'utilisateur http://burnout.1fr1.net

Revenir en haut Aller en bas

réponse

Message  jean-yves le Lun 24 Aoû - 21:29

Bonjour,
Oui, effectivement ça se passe bien dans mon établissement concernant la distribution des médicaments et j'ai tout à fait conscience que ce n'est pas forcément le cas partout. Je ne suis pas dupe, d'autant plus que je suis DP et qu'à ce titre je rencontre un certain nombre de représentants du personnel (DP et CE) dans d'autres établissements. J'ai donc une vue d'ensemble plus large qu'un simple regard porté sur mon établissement... C'est pourquoi, je persiste à dire qu'un tel problème dans un établissement autour de la distribution des médicaments ne peut être que révélateur de dysfonctionnements plus importants. En effet, je considère que tous les acteurs d'un établissement, des cadres de direction aux salariés non-cadres doivent être conscients de la nécessité de sécuriser le circuit du médicament et une organisation doit être conçue conçue et mise en oeuvre dans un climat de confiance réciproque. Et si ça n'est pas possible, je crois que l'institution a un sérieux besoin de remise en question ! Je ne dis donc pas que l'usure professionnelle n'existe pas mais il faut toujours en chercher les causes (relations humaines, dysfonctionnements organisationnels, etc.). Cela concerne tous les salariés, cadres ou non-cadres et il en va de l'intérêt des usagers.

jean-yves

Messages : 4
Date d'inscription : 24/08/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

coup de gueule

Message  Admin le Lun 24 Aoû - 15:49

Jean-Yves... tout d'abord merci de ta collaboration.

Ensuite, que l’on ne se trompe pas de cible... Sandrine a émis un coup de gueule. Elle a parlé d'un ressenti et c'était là son droit le plus strict! J'ai réagi à son coup de gueule car j'avais connaissance d'un cas similaire... Si cela se passe bien chez vous, tant mieux mais c'est un peu oublier que ce n'est pas, obligatoirement, le cas partout!

Par rapport au sujet de mémoire, j'ai voulu aborder ce sujet et cela m'a été accordé pour plusieurs raisons. La première est que je suis employé depuis 20 ans comme éducateur et ai repris mes études de bachelier en plus de ma formation initiale. L'usure professionnelle est donc un sujet qui m'est cher car j'ai vu défiler un certain nombre de personnes au sein de l'institution qui m'emploie et encore dernièrement des "cas avérés" de Burnout ont vu le jour. J'avais donc envie d'investir le sujet...
Pour ma part, j'ai vécu un épisode similaire et donc me sentais concerné par ce syndrome (même si moi, je m'en suis sorti...) Mon expérience heureuse et "malheureuse" m'a ouvert les yeux sur certaines réalités. L'occasion m'était donnée d'en faire part, de partager, de fédérer autour du thème, d'entrer en communication avec d'autres professionnels (étudiants, en fonction, ou à la retraite...) etc.

Voilà une réponse que je peux te fournir...

Je te souhaite bon vent sur le forum...

Donne nous ton avis... ne t'en prives surtout pas!

Admin
Admin

Messages : 173
Date d'inscription : 03/11/2008
Age : 52
Localisation : Charleroi

Voir le profil de l'utilisateur http://burnout.1fr1.net

Revenir en haut Aller en bas

coup de gueule (suite)

Message  jean-yves le Lun 24 Aoû - 3:02

- Concernant ton mémoire, je trouve que l'usure professionnelle est un sujet délicat que, personnellement, je n'aurais pas abordé dans le cadre du DEES mais plutôt du CAFERUIS. En effet, pour moi, le mémoire du DEES doit surtout servir à mettre en évidence quelle éducatrice tu peux être auprès de personnes en difficultés et qu'est ce que tu mets en place pour répondre à leurs besoins. A la limite, tu pourrais peut-être aborder ce sujet en t'interrogeant sur la relation d'aide avec les usagers dans laquelle nous sommes engagés en tant qu'éducateurs, et sur l'usure qu'elle peut engendrer chez les professionnels que nous sommes. Je pense au fait qu'éduquer une personne, c'est souvent répéter les mêmes choses au quotidien pendant un temps parfois très long. De plus, les effets de ce que nous mettons en place mettent parfois longtemps à se voir ou parfois même ça ne marche pas. Concernant les personnes qui sont accueillies dans des établissements sur des longs temps de prise en charge, ce qui est difficile c'est de fixer des objectifs (on se dit qu'on a le temps! Mais du coup, on peut perdre un peu le sens de notre accompagnement au quotidien). Comment redonner du sens à notre travail : en s'interrogeant sur comment mieux répondre aux besoins des usagers, du moins, c'est ce que je crois. Le projet personnalisé me paraît un outil intéressant pour cela. En tous les cas, je pense qu'une remise en question est nécessaire dans ce genre de situation, des professionnels mais aussi de la direction. En effet, si la question des médicaments est extrêmement importante, elle n'est qu'un élément de la prise en charge. Si celle-ci ne se résumait qu'à la distribution des médicaments, cela signifierait, pour être honnête qu'il n'y a pas besoin d'éducateurs. Aussi, pour moi ce problème est certainement symptomatique d'autre chose...

jean-yves

Messages : 4
Date d'inscription : 24/08/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

coup de gueule

Message  jean-yves le Lun 24 Aoû - 2:41

J'ai souhaité te répondre car je trouve ton sujet intéressant. Je suis éducateur dans un hôpital de jour pour adolescent à Bordeaux et je termine actuellement le CAFERUIS. Je te propose quelques remarques :
- tout d'abord, en ce qui concerne la distribution des médicaments, il ne faut pas se tromper de responsabilités. Le médecin prescrit, les infirmiers, en général, préparent les traitements et les éducateurs distribuent éventuellement les médicaments (c'est possible, un texte le prévoit : je ne l'ai plus les références en tête ce soir, j'essaierai de les retrouver, si tu le souhaites). Dans mon établissement, je distribue les médicaments et il n'y aaucun problème pour cela. En fait, lors de la distribution, nous avons les ordonnances des médecins pour contrôler. C'est nous qui préparons les traitements que nous mettons dans des piluliers individuels puis nous les donnons à chaque patient. Nous vérifions alors que le traitement a été bien pris. Nous sommes couverts par les médecins et les infirmiers qui contrôlent le stock de médicaments. Lors de la distribution, il n'y a jamais eu d'erreurs car nous faisons extrêmement attention. Le risque existe, il est vrai mais il est minime. Si un patient ne veut pas prendre son traitement, je téléphone immédiatement au médecin, qui donne ses instructions ou qui se déplace, le cas échéant. En fait, le texte dont je t'ai parlé dit que nous avons le droit de distribuer les médicaments, s'il n'y a pas d'infirmier pour le faire. Nous aidons les patients à prendre leur traitement. L'erreur principale réside dans la préparation des piluliers individuels mais nous le faisons avec l'ordonnance sous les yeux. De plus, nous n'avons pas de grandes quantités de piluliers à préparer, ce qui limite le risque. Par ailleurs, nous avons défini une procédure concernant le circuit des médicaments.

jean-yves

Messages : 4
Date d'inscription : 24/08/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

coup de gueule

Message  Admin le Lun 24 Aoû - 1:00

La distribution des traitements... tout un débat!!!

Qui a le droit et qui ne l'a pas et par extension qui aurait le devoir de le faire!!!

Chez nous, la distribution incombe au personnel éducatif... Nous ne somme spourtant pas, au regard de la loi, habilités à le faire. Le service médical nous dit toujours que nous ne pourrions être inquiété en cas d'erreur, d'oubli... Ce sont des paroles de bonnes intentions mais qu'en serait il réellement si un probléme majeur arrivait. J'ai souvenir d'une institution qui a, il y a quelques temps, inquiété un éducateur qui avait interverti deux traitements. L'éducateur s'en est sorti avec un blâme... Blâme qui a été ensuite retiré sous la pression syndicale. Il n'empêche que le corps médical ou infirmier se décharge sur le personnel éducatif en ce qui concerne la distribution. Se décharger suppose t il de ne pas protéger le personnel contre les conséquences d'une erreur éventuelle???
Je ne pourrais d'ailleurs que conseiller tous les collègues, présents et à venir, de se prémunir et de souscrire une bonne assurance. Cela peut toujours servir!!!

bonne continuation.

Admin
Admin

Messages : 173
Date d'inscription : 03/11/2008
Age : 52
Localisation : Charleroi

Voir le profil de l'utilisateur http://burnout.1fr1.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Coup de gueule !!!

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum