Processus du syndrome d'épuisement professionnel

Aller en bas

Processus du syndrome d'épuisement professionnel

Message  Admin le Dim 4 Jan - 14:10

Voici un post relatif aux phases du Burnout déjà évoquées dans le post : « Phases de la personne burnoutée »

Comme pour tout avis laissé sur le forum, il s'agit d'une généralité et chaque cas est bien sûr particulier. Si d'aventure quelqu'un, s'étant trouvé confronté au syndrome d'épuisement professionnel, ne se retrouvait pas dans le processus expliqué, qu'il n'ait pas peur de nous laisser son avis, témoignage dans une réponse...


IDEALISME

La première phase est une phase où l’idéalisme a toute sa place. Le professionnel idéalise tout et se donne des objectifs très élevés. Les idéaux (on va refaire le monde !) sont très présents.
Même dans des conditions de travail très défavorables, le professionnel va tout mettre en œuvre pour se dépasser. Il n’aura d’ailleurs même pas l’impression de se dépasser car tout lui semble normal. Mon travail me plait, je crois pouvoir apporter énormément aux personnes dont je m’occupe. D’où un investissement personnel franc et massif qui se caractérise par un investissement en temps et en énergie sans égal.

PLAFONNEMENT


Le plafonnement est une phase qui intervient quand le professionnel confronte ses idéaux à la réalité du terrain qui diffère souvent de ce que nous pourrions espérer. Les résultats engrangés par le professionnel dans l’exercice de ses fonctions ne sont pas à la hauteur des exigences qu’elles s’étaient imposées.

DESILLUSION


Intervient ensuite la désillusion… La fatigue et les déceptions liées à la confrontation reprise ci dessus prennent le pas sur les idéaux. La personne pense également que tous les efforts consentis, volontairement ou pas, ne sont pas reconnus à leur juste valeur. Une réaction ambiguë peut alors survenir… La personne fait des efforts importants qui ne sont pas reconnus, ses idéaux ne semblent pas correspondre à une réalité de terrain et difficile à atteindre, elle est fatiguée… mais malgré cela, elle risque de redoubler d’ardeur au travail. L’institution, l’organisme lui demande plus et la personne redouble alors d’effort pour contenter sa hiérarchie, ses bénéficiaires et/ou encore par sens du devoir… Des efforts tels que des heures supplémentaires, des investissements dans de nouveaux projets peuvent alors prendre place dans le fonctionnement de l’individu. Je vous invite à consulter le post « symptômes » qui vous renseignera sur le type de difficultés rencontrées.

DEMORALISATION


Enfin, la démoralisation intervient quand la personne se trouve au bout du rouleau, à bout de forces physiques et mentales. Le professionnel ne ressent plus aucun intérêt pour son travail mais aussi pour les choses du quotidien de son entourage. Pour imager, on pourrait dire qu’on roule sur la réserve et que la panne sèche nous guette. Quand cette panne intervient, le professionnel n’est plus capable de travailler, il ne ressent plus l’envie, ni le besoin de s’investir, il en est d’ailleurs incapable. Le découragement prend le pas sur tout ce qui nous motivait auparavant. On peut dire que le burnout s’installe bien que le processus a déjà été mis en route bien avant… On voit alors la pointe de l'iceberg!

Admin
Admin

Messages : 173
Date d'inscription : 03/11/2008
Age : 52
Localisation : Charleroi

Voir le profil de l'utilisateur http://burnout.1fr1.net

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum